Site qualitatif de partage et d'aide à la mobilité internationale : carnets et photos de voyages, dossiers spéciaux destinations, liens et outils, trucs et astuces voyage, sensibilisation à l'environnement...

Vous êtes ici : Accueil >> Mes voyages >> Carnets de voyages >> Océanie >> Australie >> Préambule


Préambule... à lire pour mieux comprendre

L'Australie – Terre de tous les contrastes...

Vache | Cow

Sommaire



Les grandes lignes du voyage...

Départ de Cairns (Nord Est, région du Queensland) et fin du voyage à Perth (Sud-Ouest, Région du Western Australia) via la côte Est australienne, dans le sens des aiguilles d'une montre.

Ma carte de voyage Australie | My Australia travel map

Aller voir la carte sur Google Maps

  1. Queensland : Cairns, Mareeba, Chillagoe, Normanton, Burke and Wills Road House, Townsville, Airlie Beach, Whitsundays, Emu Park, Fraser Island, Brisbane etc.....
  2. New South Wales : Uki, Nimbin, Sydney, Blue Mountains etc...
  3. Victoria : Melbourne, the Great Ocean Road, les 12 apôtres etc...
  4. South Australia : Adelaide, Port Germein, Port Augusta, Nullarbor road, Fowlers bay etc...
  5. Western Australia : Esperance, Cape le Grand National Park, Hopetoun, Albany, Leeuwin, Margaret river, Perth, Jurien bay etc...

Retour haut de page

Important... tout est subjectif et n’engage que moi

Ceci se veut mon expérience à un moment donné et un endroit donné, mes ressentis, ma vision des choses selon mon passé, l’environnement dans lequel j’ai évolué et me suis créé au fil des années. Tout est donc subjectif et n’engage que moi. A aucun moment, je n’ai pour vocation de me substituer à un guide quel qu'il soit, vous trouverez ici donc juste l’essentiel en rapport avec mes écrits.

Aucun récit de voyage ne vaut de vivre soi-même les choses.

Retour haut de page

Comment parcourir mon récit...

Un conseil : lisez du début à la fin pour en comprendre tout le sens.

Vous y trouverez des conseils, de la culture, des anecdotes, certains contextes, mes « à noter », etc... catégories qui ne sont pas dans un ordre précis et n’apparaissent pas forcément pour chaque endroit ou à l’inverse, plusieurs fois pour un seul et même endroit. Elles suivent simplement mon récit.
Je raconte donc ce que j’ai à raconter et précise les choses au fur et à mesure qu’elles apparaissent dans le récit. Je ne cherche pas à relater un maximum d'informations... seules celles en rapport avec mon récit seront mentionnées.

C’est pourquoi, pour les pressés :), j’ai mis en place d’autres sommaires permettant de parcourir mon récit selon les catégories en partie sus-évoquées. Catégories pour lesquelles j’ai pris soin de préciser la teneur du paragraphe correspondant, par exemple :
« A voir absolument... Burke and Wills Roadhouse : une vraie expérience de l’outback ! ».

Le sommaire général peut, à première vue, faire peur de par sa longueur, mais les paragraphes sont très petits et très aérés, d’où leur nombre assez impressionnant ! J’ai tout fait pour que mon récit soit pratique à parcourir, quelle que soit l’information recherchée.

Retour haut de page

Le contexte... un premier voyage qui marqua un tournant à 90°C

Un jour qui commence à être fort fort lointain, j'ai eu l'opportunité d'effectuer mon 1er long voyage. Ce voyage, c'était au Việt Nam. Il marqua un tournant décisif dans ma vie...
Pour en avoir une infime idée, je vous suggère de lire mon carnet de voyage sur le Việt Nam...

De retour en France, il me fallut plus de deux ans pour prendre la réelle mesure de ce que m’avait appris ce voyage. J’étais lancée dans un quotidien qui m’a fait rester aveugle durant tout ce temps. Je n’ai pas vu le temps passer. Puis j’ai réalisé : je ne veux plus survivre, je veux vivre mais surtout je veux être heureuse et faire ce que j’aime.

Quitte à prendre des risques, je ne veux pas me contenter des quelques semences qu’il m’était autorisé de récolter. J’ai la santé et la volonté pour, j’ai donc décidé de sortir du rang, de faire ce que je pouvais pour vivre une vie la plus proche possible de ce que j’en espère. J’ai donc repris mes études afin de me donner le niveau minimum reconnu à l’international : bachelor. Pendant ce temps j’ai économisé en me privant au maximum de vie sociale... et puis... j’ai voyagé !

Mais pour voyager par soi-même, il faut parler un minimum l'anglais !
J'avais de bonnes notions puisque j'ai toujours eu des bonnes notes à l'école. Mais mon voyage au Việt Nam m'a fait me rendre compte de ma grande faiblesse à l'oral, de mon manque de vocabulaire et d'une grammaire plus qu'incertaine... le tout sans parler de mon terrible accent franco-méditerranéen m'empêchant de prononcer correctement tout mot, même français !
L'enseignement des langues étrangères en France est totalement à revoir. Beaucoup trop d'écrit et de par coeur, peu voire pas d'oral.
À l'étranger, beaucoup se moquent des français parce que la plupart, ne parlent pas anglais ou très mal. Beaucoup pensent que la plupart des français ne parlent pas anglais parce qu'ils n'en voient pas l'intérêt (connoté à une préférence nationale d'auto-suffisance)...
À cela je répondrais que c'est vrai pour certains, mais pas tous.
Le système éducatif n'aidant vraiment pas néanmoins, à prendre la mesure de l'intérêt de l'apprentissage des langues étrangères...
Bref, un tour dans un pays anglophone pour pratiquer la langue de Shakespeare s'imposait au vu de mes choix de vie !
C'est ainsi que je suis partie quelques mois en Irlande et ai poursuivi avec l'Australie.

Retour haut de page

Ma vision des choses... le verre à moitié plein

Je pense qu’il est important que vous connaissiez un minimum ma vision des choses afin de mieux cerner mes analyses et mon vécu de ce voyage et de pouvoir en tirer vos propres conclusions.

Alors que la plupart des gens pensent à cumuler des biens de plus ou moins bonne qualité, investir, acheter, la vie a fait de moi un électron libre qui a un grand besoin de liberté et d’indépendance. C’est pourquoi j’ai vendu tout ce que j’ai acquis au fil des années, afin de ne me laisser aucune attache, aucun lien, aucune contrainte. Aujourd’hui je peux donc aller et venir où bon me semble, quand bon me semble. Je n’ai pas suivi la mode ou le besoin d’investir sur du long terme, entre-autres car cela m’aurait enfermé à un endroit précis ou posé des contraintes à gérer. Une fois trop de possessions matérielles accumulées, il est difficile d’envisager de s’en séparer, surtout avec le climat économique actuel qui n’est que peu rassurant. Je peux comprendre ce besoin de sécurité, de stabilité, mais pour moi cela ne reste qu’une illusion.

Sans parler de la politique, des marchés, de l’économie, des finances et des guerres en tout genre, je pense aux bases, aux fondations : la Terre. Qui, on dirait, a entamé une chasse au « virus humain ». Tel des anticorps se défendant contre le mal devenu incontrôlable que sont une minorité d’êtres humains mais dont notre avenir à tous dépend, les changements climatiques et catastrophes naturelles de plus en plus meurtrières et fréquentes, donnent l’impression que la Terre a décidé de repartir de zéro... en évinçant l’Homme, cause de tous ses malheurs, de ses terres.

J’essaie alors d’en profiter, de vivre, avant qu’il ne soit trop tard. Mais j’essaie aussi de faire passer mon message en montrant à quel point la nature est bien faite. Un message qui se veut simple et pourtant vital :

Regardez autour de vous et pensez à vos enfants... leur laisser un patrimoine, qu’il soit matériel ou immatériel, c’est bien, mais ne sert strictement à rien si la Terre devient inhabitable. Car tout l’or du monde ne remplacera pas l’oxygène, la nature, les animaux, la couche d’ozone... En laissant la Terre se détériorer, ce sont nos enfants que nous condamnons à trouver une solution d’urgence pour limiter nos dégâts... Ils ne connaitront jamais la Terre telle qu’elle avait été léguée depuis des millénaires... jusqu’à la course à l’industrialisation.

Retour haut de page



Autres articles à découvrir :

Mise au point voyages VS enjeux environnementaux | Focus: travels VS environmental issuesMise au point voyages VS enjeux environnementaux Ethique, Nam around the world | NaM around the world's ethicEthique NaM around the world


Vos commentaires


Soyez le premier à laisser une trace de votre passage !

Retour haut de page


Envie de réagir ? C'est par ici !



Retour haut de page

Vous aimez ce site ?
Faites ce qu'il vous plaira parmi les moyens proposés ci-dessous :

    • Ajoutez ce site à vos favoris !

      FavorisÇa ne marche pas ?
      Utilisateurs Windows ou Linux : raccourci clavier : Ctrl + D
      Utilisateurs Mac : raccourci clavier : Cmd + D
      Ou utilisez le bouton de partage ci-dessous, à droite :)
    • Informez vos amis de l'existence de NamAroundTheWorld.net
      en 1 seul clic !


    • Montrez que vous aimez NamAroundTheWorld.net, en toute discrétion et liberté, avec une méthode propre à ce site !
      Anonyme et non diffusé sur d'autres sites.



      213 personnes aiment
      NamAroundTheWorld.net
      !
      Et vous ?




Site construit à l'aide d'un marteau, un burin et quelques lignes de code, créé de zéro et fait maison par une débutante auto-formée en web développement et webdesign - NaM - à l'aide :
- des tutos d'Open Classrooms - du logiciel libre Notepad++ - d'un autre logiciel libre Gimp pour retouches photo et créations graphiques - et de beaucoup de volonté ! :)
Affichage optimisé sous Firefox.
Site propulsé par moi-même :)
Copyright 2010-2016 © www.namaroundtheworld.net, tous droits réservés.
En dehors des deux gifs animés et libres de droits, figurant dans la sidebar de gauche (menu) - des fonds de cartes publiés dans le domaine public et venant du site Commons.Wikimedia.org, utilisés pour la création des cartes personnalisées et publiées sur ce site - ainsi que les images menant à des sites extérieurs, TOUT le contenu de ce site - textes, photos, images, cartes customisées, design - est la propriété exclusive de NamAroundTheWorld.net, à moins d'une indication contraire mentionnée.
Merci de me contacter pour toute éventuelle réutilisation d'un contenu, à condition que ce soit à titre non commercial.